fbpx

The Blog

beauty-355157_1920

Respecter ses sentiments

Tout au long de notre apprentissage depuis l’enfance jusqu’à l’âge adulte, nous découvrons la palette entière des émotions et des sentiments dont nous sommes capables. Il y a les sentiments et émotions autorisés que l’on ose révéler. Puis ceux que l’éducation nous oblige à cacher ou qui sont interdits. On en connait d’autres que l’on qualifie d’inappropriés et puis les derniers que l’on trouve maladroits.

Toutes ces adaptations de nous-mêmes, ces modulations sans cesse renouvelées contribuent à la construction de notre personnalité. On peut s’endurcir ou se sentir fragilisé, mais dans tous les cas, on en tire une conclusion qui va définir notre identité.

Nos sentiments sont bien réels, qu’ils soient tus ou révélés au grand jour, ils constituent la fibre existentielle de notre être. De vivre en société ne doit jamais éteindre ou étouffer ce feu sacré de notre être animé par nos émotions et nos sentiments. Alors, comment vivre nos sentiments sans qu’ils nous enivrent ?

Respecter ses sentiments, c’est être capable de les reconnaître, d’entendre ce qu’ils nous disent, ce qu’ils signifient et ce qu’ils expriment en nous. La manière d’y répondre reste une affaire de discipline. C’est en cela que l’éducation a du bon. Nous apprendre à gérer et à composer avec ce que nous ressentons et ce que nous éprouvons au plus profond de notre être.

On pourrait presque considérer qu’une éducation est ratée lorsque l’individu ne parvient pas à contenir ses sentiments ou qu’il s’oblige à les nier ou à les travestir pour ne pas qu’on le reconnaisse. Les sentiments nous pétrissent, ils nous font devenir meilleurs ou pire. Mais si nous les ignorons, nous ne pourrons jamais plus nous améliorer. Nous serons dans l’obligation de subir leur pouvoir, et cela, même s’il s’agit d’un pouvoir de destruction.

Les sentiments que nous ressentons doivent pouvoir être reconnus et gérer. Ils ne doivent jamais être les prétextes à une réaction impulsive, mais plutôt un réservoir intime et identifié de tout ce que nous sommes, pour nous permettre d’agir au mieux et dans les meilleures conditions. Ainsi, nous n’en aurons plus peur. Nous serons capables de les accueillir et de laisser continuer de nous pétrir jusqu’à ce qu’ils fassent de nous des femmes et des hommes prompts à la maturité.