fbpx

The Blog

time-621043_1920

L’instant présent

Le temps est la seule chose que nous possédions réellement et pourtant, il reste l’unique chose que l’on ne parvient que très difficilement à contenir. Tous les jours, j’entends que l’on court après le temps. Quelqu’un reconnait que le temps lui manque ; un autre qu’il a bien le temps de s’occuper de faire un jour ceci ou cela. Finalement, quand les gens ont le temps, ils préfèrent l’employer à se souvenir. Ils pensent à ce qu’ils ont fait ou n’ont pas fait. Ils se tournent vers le passé, comme s’ils avaient le temps. Puis, quand ils s’aperçoivent qu’ils auraient pu faire certaines choses qu’ils n’ont pas faites, ils se disent qu’ils n’auront jamais le temps de le faire.

Toutes ces personnes conjuguent leur existence au passé, le plus souvent même, à l’imparfait et autant le dire, rarement au plus-que-parfait. Elles fuient le futur. Elles ne l’imaginent pas sans qu’une catastrophe ne pointe à l’horizon. De toutes les façons, elles craignent l’absurde mort et comme elle n’est pas encore venue, elle ne peut que surgir à n’importe quel moment. C’est elle qui fait que l’on est pressé, compressé, étriqué, mal-aimé et mal-aimant.

Toujours en quête du temps, l’homme ne se rend même pas compte que la seule chose qu’il possède réellement est le temps, que la mort finira tôt ou tard par lui ôter définitivement. Du coup, ce temps si précieux lui échappe. Il fait déjà partie du passé avant même qu’il ait eu le temps de l’entrevoir.

Ce n’est pas courir après le temps qu’il faut si l’on veut profiter du temps présent. C’est le prendre, l’accueillir et en jouir.

Être ici et maintenant, établi dans notre réalité, dans notre corps et dans notre vie, c’est ne rien attendre et accueillir l’inattendu. C’est ça qui fait toute la différence entre être ici et être ailleurs. Ici, nous vivons ce qui se présente à nous, nous en jouissons et nous vivons pleinement, comme des enfants émerveillés à qui la vie offre des journées exceptionnelles. Ailleurs, nous sommes ici, occupés par hier ou demain, angoissés et insatisfaits pour ne pas avoir su profiter de la vie. Une vie que nous croyons se passe demain ou hier, mais jamais aujourd’hui même.

Pour en savoir plus je vous invite à lire le rapport LIBRE en cliquant ici